La Nature



Simplement pour le plaisir des yeux, voici quelques photos de fleurs et de petites bébêtes que l'on peut observer avec un peu de patience. Toutes les photos de cette rubrique sont des photos personnelles, prises à Liorac. Juste un petit clin d'oeil!
De nombreux champignons comestibles, cèpes, girolles, morilles, oronges, rosés des prés, trompettes de la mort, pieds de mouton,..., poussent dans les forêts et les prairies de Dordogne. Les plantes sauvages ont servi à nos ancêtres, pour faire tisanes ou décoctions, utilisées pour soulager les maux si ce n'était pour guérir les maladies, au temps où les remèdes étaient rares et chers et où la connaissance des grands mères l'emportait souvent sur le savoir du médecin. Les prairies abritent les classiques fleurs des champs, coquelicots, boutons d'or ou pissenlits, mais aussi beaucoup d'orchidées sauvages, qu'il faut savoir découvrir à travers les herbes.

Difficiles à prendre en photo, les sangliers, cerfs, biches et chevreuils sont nombreux dans la forêt (et sur les routes!). Ces espèces sont très destructrices des cultures et des jeunes arbres, et leur extension est quelque peu limitée par une chasse très réglementée.
Les oiseaux, passeraux, hirondelles, tourterelles, pigeons (les pigeonniers étaient par tradition et par privilège nombreux en Dordogne), et les oiseaux de proie, buses, faucons... animent la campagne.
Et puis, ce sont toutes les petites bêtes qui peuplent la nature, renards, écureuils, blaireaux, mulots, hérissons, fouines, et rapiettes! Et puis, moins agréables, les serpents que l'on rencontre souvent l'été lovés au bord d'un chemin, couleuvres mais aussi la dangereuse vipère, redoutée des chasseurs, puisqu'une morsure peut tuer le chien de chasse.

Tous ces animaux sont bien connus de tous et je vais plutôt monter quelques photos de ceux que l'on remarque moins :
les INSECTES, qui pourtant représentent dans le monde environ 90% des espèces animales connues!
Les insectes préoccupaient beaucoup nos ancêtres paysans: ils étaient redoutés pour les dégâts causés aux récoltes de céréales ou de fruits (le ver des pommes par exemple n'est qu'une chenille de papillon), craints pour les réserves, en particulier pour les grains (les charençons qui s'attaquent aux graines) ou les vers de la farine (qui sont des larves de coléoptères). Certaines mouches pouvaient transmettre des maladies aux animaux domestiques (vaches, moutons...). Par contre, d'autres insectes étaient parfois des auxilliaires. Par exemple, les abeilles: elles faisaient tellement partie de la famille, qu'il était d'usage autrefois en Périgord, lorsque le maître de maison mourait, de les "avertir" et de mettre un tissu noir aux ruches en signe de deuil.
Un autre exemple d'insecte "utile" est la mouche de la truffe qui permettait de repérer le précieux tubercule! Et puis, comme le dit le dicton "papillon blanc, signe de beau temps", les papillons pouvaient aussi servir de baromètre...
A l'heure actuelle, malgré l'usage des insecticides, il y a encore beaucoup d'insectes à Liorac. En voici quelques exemples, classés en quatre grandes rubriques qui simplifient un peu la classification "officielle":

@ Marie-France Castang-Coutou
Contact: postmaster*liorac.info (remplacer l'étoile par @)